Afrique de l'Ouest

Côte d’ivoire, Guinée :

C. canephora, C. liberica, C. stenophylla, C. humilis,  P. ebracteolatus      

La zone forestière de Côte d’ivoire et de Guinée abrite à l’état endémique quatre espèces de caféiers ainsi qu’une espèce appartenant à un genre voisin du genre Coffea : le genre Psilanthus.

C. canephora est présent à l’état spontané dans l’ensemble du massif forestier ivoiro-guinéen de basse altitude où il occupe des habitats variés et parfois inhabituels pour cette espèce tels que les forêts sèches de la savane arborée. Cette forme sauvage de C. canephora  d’Afrique occidentale appartient au groupe génétique « guinéen » par opposition aux formes d’Afrique centrale regroupées sous le terme de « congolais » dont elle se différencie principalement par un format architectural réduit et par la présence accrue de ramifications secondaires. Une autre espèce, C. liberica, est assez répandue à l’état spontané dans les forêts d’Afrique de l’ouest, y compris en altitude. Ce caféier de grande taille qui produit de grosses graines est marginalement cultivé dans les zones de culture du Robusta. Dans des habitats similaires mais plus localisés de la forêt ouest africaine se trouve aussi C. stenophylla, un arbuste de taille moyenne au port très fourni (nombreuses ramifications secondaires) dont deux types morphologiques distincts, originaires de l’ouest et de l’est ivoirien, ont été identifiés. Une quatrième espèce endémique d’Afrique occidentale, C. humilis, est un caféier nain à feuilles lancéolées qui vit confiné dans la forêt dense du sud ouest de la Côte d’ivoire. D’autre part, fréquemment associée aux populations spontanées de Coffea ouest africains, se trouve une espèce appartenant au genre voisin Psilanthus : P. ebracteolatus. Les caféiers du genre Psilanthus, également présents dans les forêts d’Afrique centrale, se distinguent des caféiers du genre Coffea notamment par leur structure florale (style très court isolé à la base de la corolle) n’autorisant, lors de l’anthèse, que la plus stricte autofécondation.  

(*)La Côte d’ivoire accueille par ailleurs l’une des plus importantes collections de ressources génétiques des caféiers au monde. Cette collection conservée au Centre national de la recherche agronomique de ce pays (CNRA) regroupe plus de 10000 caféiers sauvages originaires de huit pays d’Afrique prospectés par l’IRD dans les années 1960 à 1980. C’est à partir de cette grande collection qu’a été principalement constituée la « core collection » de caféiers (Gestion UMR DIADE, IRD) implantée au Conservatoire botanique national de Mascarin. 

 

       

Coffea canephora  « guinéen »                                     Coffea humilis