Madagascar

Les caféiers spontanés de la région malgache représentent à eux seuls la moitié de la diversité recensée dans le genre Coffea, soit une cinquantaine d’espèces originaires de formations forestières contrastées de la Grande île. Ils appartiennent à la section des Mascarocoffea dont les graines sont quasi dépourvues de caféine, par opposition à la section des Eucoffea (caféiers africains) dont les graines contiennent de la caféine.

Cette exceptionnelle diversité taxonomique des caféiers malgaches peut être expliquée par l’influence des milieux insulaires sur la spéciation (phénomène d’apparition d’une nouvelle espèce). Cette situation est manifestement liée à la diversité des îlots écotypiques existant dans la Grande île. Ce foisonnement des espèces de caféiers n’est pas un cas unique concernant la flore malgache (de même que pour la faune) qui, par exemple, compte six espèces de Baobab alors qu’il n’en existe qu’une seule pour tout le continent africain.

L’exploitation agronomique des Mascarocoffea pour la production de café sans caféine ou à teneur réduite n’est pas envisageable à court terme du fait de leurs mauvaise qualité organoleptique* ainsi qu’en raison de la quasi stérilité des hybrides obtenus par croisement avec les espèces cultivées.

* Organoleptique : qualité d'un produit pouvant être appréciée par les sens humains : toucher, saveur, odorat.

 

 

    

 

 

 

 

 

     

 

                  Coffea millotii                                                      Coffea perrieri